Mars, 2021.- Il y a un ans, un mois y 14 jours, reférence Alicia avec la précision d´un chirugen vasculaire en formation, décidé donner le Oui à Luis Enrique, durant la rótation de chirugie général de son interné, racontet lui.

Alors, les résidents récemment diplômé en Angiologie, elle et Chirurgie plastique, il dans l´hôpital provincial enseignant Manuel Ascunce Domenech de Camagüey, n´imqaginaient pas un 14 de février à la ligne rouge d´attention à patients avec le COVID-19.

Néanmoins, dans la salle H de l´hôpital clinique chirurgique Amalia Simoni, l´amour lequel aujourd´hui professent à ses patients est le meilleur présent pour révérer sa profession en date tant significatif.

Racontent quoi après de donner sa disposition, ils ont demandé à être mobilises ensemble et Oui, en respectant des protocols stricts de biosécurité, ils font partie de l´equipe de garde que a reporté la célébration car le plus important est de s´acquitter avec le devoir de sauver des vies, expliquet le jeune femme de 24 ans.

À sa côte Luisito, plus sortant en sa condition de leader étudiant, élève le plus complet de sa classe et artiste amateur pendant ses années d´études à la branche des Science Médicals Carlos J. Finlay de Nuevitas, c´est- à dire que c´est en pas un jour pour célebrer seulment l´amour à le couple, les amis, la famille et à la patrie, cet années le dédiet à la profession lequel aimet; et elle, déjà un peu plus résolu à enregistrer ses confessions voie WhatsApp, remerciet l´occasion de collaborer en la lutte contre le COVID-19 et l´appui des partenaires d´isolement de plus expereince dans l´attention à patients positif au nouveau coronavirus.

Où le devoir est aujourd´hui une raison plus necessaire, par sécurité le contact se limité aux miroirs de l´âme pour examiner les patients, ils visibles sous un pardessus, un chapeau, un double masque facial, des lunettes de protection, un masque, des gants et des bottes, traversent le feltre que separe les cabines et la zone où ils restent attentifs à l´évolution des patients asymptomatique présentant des symptômes légers, mais élevés et risque dafaible, en foction de l´âge et de la morbidité de chacun.

De retour avec le partenaire, également dans la vie, un processus de décontamination, passé le 14 du mois de février le plus attendu.

Par destin ou par hasard, ils partgagent, à égalité cet amour pour la médecine luis Enrique Bravo Fernandez, stomatologue, et Luis Alberto Saavedra Rodriguez angiologue et chirugien vasculaire.

Alicia, dans le pays de la médecine, est trouvé depuis enfant cette proximité avec la profession et surtout ce traitement humain vers les patients c´est peut-être pour cela qu´il n´est pas étonnant que pour la mince femme Camagüey, douce en projection et en voix, l´histoire de ses patients fasse ressorter une telle sensibilité. Le connait la famille reconnaissant laquelle a aidé à reunir quand papa est arrivé à d´autre salle et elle comme les artères lesquels s´aventuret à unir traité la translation ensemble à la fille et l´epouse.

Luisito aussi eu sa relatif famille mais asumé sûr dans le cecle basique de la carrière quand connu au docteur José Gonzalez Agüero (Pepe), professeur de Chirugie plastique et Caumatologie, et attiré par le défi difficile de la spécialité qui assumé des complexités telles que les brûlures, l´esthétique et le reconstruction tissulaire, il a opté pour l´art chirurgical avec des résultats rapidement visibles avec le potentiel d´éliminer les nonconformités préexistants, excplique-t- il.

Même si cela peut supposer des superficialités, parlet sur l´importance de l´appui psicologique lequel donnent à personnes avec peurs pour la maladie, comme celui- là avec plus grande vulnérabilité. Là s´occupet d´un patient lkequel additionnet à le COVID-19 lkes séquelles d´une paralysie cérebral infantile. Il faulk une plus grande attention pour l´examiner et lui administer des médicaments, mais encore une fois, l´amour est réciproque et la famille reconnaissante atteste du noble travail qui réconforte l´âme.

« Peurs ? Oui, comme tous, mais travailler dans zone rouge était un désir ardent et quand nous entrons ici et nous connu les protocols et dans le regard des patients nous vu de l´espoérance dans nous, il y a âme pour continuer en travailliant et en aidiant eux à ses proches», expliquet le médecin qui ajoute 25 annuaires.

A sa côte, son complice de la première de beaucoup rotation lesquel attendent affroter supposet un défi dans moment tant difficile, pour le pays et le monde mais une chance faire l´ensemble, offrier affection, comporéhension et lk´appùi à patients, et être lka force entre les tensions aussi pour ils d´êtrter loin de la maison.

Pouviet être cette l´histoire de beaucoup de jeunes cubains, mais pour les docteurs Alicia Saavedra Brizuela et Luis Enrique Bravo Escobar fut cet un 14 de février inoubliable.

La garde commencé tôt, les les pri entre cinq et huit minutes rester completement porotegé et passer la visite, d´autres tant pour se decontaminer et comme ça tant fois fut necessaire l´attention laquelle confortet et guérit, là dans la ligne rouge lequel aujourd´hui aussi les approchet dans le plan professionnel,le jour de l´amour les fit cadeaux comme d´ñepoassement, confiance, et la meilleur des gratifications, le bien-être de ses patients à cet espace lequel font tant à eux pour encourager la vie et la santé.

Une histoire lequel un jour peut-être racontent ensemble à ses fils et quoi aujourd´hui c´est orgueille de ses parents, amis, collégues mais aussi de qui lisent ces lignes écri par quel qu´un lequel les admiret, entre questions et réponses en conteniant larmes pour la vaillance, par l´amour.